Chili : La peur au ventre

Au Chili, jusqu'en 2016, l'avortement est passible de prison. Malgré cette interdiction, des dizaines de milliers de femmes avortent dans la clandestinité, notamment grâce à un médicament contre les ulcères. Une pratique qui peut entraîner de graves hémorragies.

Résumé :

Jusqu'en 2016, le Chili est l’un des six pays au monde où l’avortement est interdit en toutes circonstances, même en cas de viol ou de risque vital pour la mère. Avorter est puni d’une peine pouvant aller de 3 à 5 ans d’emprisonnement.

Malgré cette interdiction, chaque année, plusieurs dizaines de milliers de femmes avortent dans la clandestinité. Ce documentaire raconte comment une association féministe contourne la loi en informant par téléphone les femmes souhaitant avorter en utilisant un médicament contre les ulcères (le Misoprostol).

Cette enquête nous présente de rares témoignages de femmes qui acceptent de raconter à visage découvert, malgré les risques encourus, leur avortement. Le réalisateur raconte comment s’organise le trafic de Misoprostol, médicament interdit au Chili et réussit à interviewer un « dealer » de ces pilules.

Ce film expose la détresse de ces femmes rendues criminelles par cette loi extrêmement répressive. Lorsque l’avortement clandestin se passe mal et que le Misoprostol déclenche une hémorragie (ce qui n’est pas rare), elles doivent se rendre aux urgences avec le risque d’être arrêtées sur leur lit d’hôpital, car les médecins sont dans l’obligation de les dénoncer.

Partager sur :