Les larmes qui cachent la forêt

A Bayeria, en République Démocratique du Congo, un violent conflit oppose des villageois et une société exploitant la forêt...

Résumé :

Bayeria, un petit village de la République du Congo (RDC). La communauté villageoise vit de la forêt qui occupe une place centrale dans leurs croyances et leur mode de vie.

En 2011, Bayeria signe un contrat avec la Compagnie des Bois, une société d’exploitation forestière. En échange du droit à couper des arbres, la société s’engage à construire des routes, une clinique, deux écoles et à créer des emplois. Quatre ans plus tard, le contrat n’a pas été respecté. L’entreprise a bien coupé du bois mais elle n’a honoré que partiellement ses engagements sociaux. Le Congo abrite le deuxième espace forestier le plus grand au monde après l’Amazonie. Protéger les forêts permet non seulement de lutter contre le changement climatique mais aussi de préserver l’économie et les cultures locales…

Début 2015, la communauté de Beyaria proteste contre ces manquements et empêche la Compagnie des Bois de continuer l’exploitation de la forêt. Des barrages sont dressés pour bloquer les engins de déforestation. Face à cette opposition, la police et une milice privée à la solde de l’entreprise s’attaquent aux villageois. Violences, tortures, arrestations, viols… la révolte est durement réprimée. Nos journalistes ont été à leur rencontre pour recueillir leurs témoignages…

Ce film a été réalisé par Paul Redman, Hugo Metz et Tim Lewis dans le cadre de la campagne « If not us then who ? » pour la préservation des forêts. Cette campagne a pour but d’attirer l’attention du plus grand nombre sur les questions de déforestation en mettant l’accent sur les peuples autochtones.

Partager sur :