Thylacine 05.02.2016

Voyage dans les coulisses du concert de Thylacine à la Cigale. Un concert sous le signe de son album composé au rythme du transsibérien.

Résumé :

Avis aux derniers sur cette planète qui pensent que la musique dite « électronique » est un genre musical réservé à des geeks paresseux et pousse-boutons : ce documentaire devrait sensiblement faire infléchir leur jugement !

Thylacine, alias William Rezé, est un artiste complet qui a fait ses gammes au saxophone dès l’âge de 6 ans au conservatoire d’Angers, avant de se tourner vers le Jazz et l’improvisation. Et comme si ça ne suffisait pas, pour parfaire sa formation, il est ensuite allé stimuler son insatiable curiosité sur les bancs, ou plutôt les tables, des beaux-arts à Paris. C’est là qu’est né le projet Thylacine, du nom d’une sorte de loup de Tasmanie qui a disparu de la surface du globe depuis près de 70 ans. Son album « Transsiberian » a été composé lors d’un voyage dans le célèbre train. Le résultat est un opus inclassable mais ô combien séduisant.

Comme un aboutissement de cette étonnante odyssée musicale, Thylacine a voulu proposer au public parisien un live le 5 février 2016 à la Cigale. C’est là qu'Arnaud Giacomini et sa caméra réglée en « noir et blanc » ont accompagné le jeune angevin de 24 ans pour faire mieux connaissance avec ces nouveaux ambassadeurs de l’électro pour lesquels chaque détail compte, la lumière comme le son, le décor comme l’acoustique et pour lesquels le live se transforme en une performance artistique joyeuse et diablement emballante.

Partager sur :