Aussi curieux que le monde.

Au fait, c’est quoi spicee ?

Des créations originales
Des documentaires et des reportages inédits
Un regard différent
Impertinent, surprenant, décalé, inattendu
Des histoires fortes
Inspirées par le scénariste le plus captivant :
le monde réel
En illimité
Des centaines de programmes et des nouveautés
chaque semaine à regarder partout, tout le temps
Soutenez un média français et
indépendant financé par ses abonnés :

EN CE MOMENT SUR SPICEE

Et découvrez des centaines d’autres documentaires :
Aussi Curieux Bouleversant Fascinant Rebelle Audacieux Fou Optimiste impertinent Drôle Surprenant Imprévisible Emouvant Hallucinant que le monde.
Cliquez pour découvrir un autre documentaire
- 55:47 min

Oubliez Londres, Milan et Paris. Ici c’est Rangoon, du style mais pas de snobs. La mode sent à la fois la pagode et le pogo. La junte a un peu lâché prise alors la jeunesse se lâche et les désirs se manifestent… à grands coups de ciseaux. Un film d'Audrey Chazal et Pascal Richter.

- 15 min

Albert est un journaliste français et il vit depuis de nombreuses années à Sydney. Il a toujours été bien accueilli et a même obtenu la nationalité australienne. Pendant longtemps, il s'est figuré l’Australie comme une terre d’accueil ouvrant les bras à de nombreux candidats à l’immigration, comme lui d’ailleurs. En fait, les choses sont un peu plus compliquées que cela. Depuis quelques temps, Albert voit ce pays, grand comme douze fois la France, se raidir face à l’immigration. Un raidissement qui prend même la forme d’une politique migratoire d’une incroyable sévérité, notamment face à l’afflux de réfugiés qui fuient la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan. Exactement, ce que connait aujourd’hui l’Europe. Alors Albert a voulu comprendre comment on en était arrivé là. Pourquoi ce territoire immense s’était ainsi replié sur lui-même. Comment les musulmans, qui ne représentent que 2,5% de la population, étaient devenus une obsession pour nombre d’Australiens. Comprendre, en fait, comment ce pays qui a priori a été façonné par l'immigration, pouvait à ce point tourner le dos à ce qui avait fait son Histoire. Et il a été bien surpris...

- 51 min

Marvin Musquin est un gladiateur des temps modernes. Ce jeune Français de 26 ans, double champion du monde de motocross, dompte sa machine sous les hourras de la foule et risque sa vie en permanence. Très vite, ce prodige a conquis les coeurs et le respect des Américains. Mais il n’a pas voulu s’arrêter là. En véritable gladiateur, Marvin aime se faire peur et affronter des monstres de difficulté. Après être monté sur le podium plusieurs dizaines de fois en catégorie 250 centimètres cubes, le frenchy a décidé de passer un cap décisif : concourir dans la catégorie supérieure, en 450 Centimètres cubes. Un incroyable défi à relever ! Ce passage dans la catégorie reine du motocross, Nan Feix, réalisateur de talent et lui même amateur de moto, a voulu le filmer. D’ordinaire, il est impossible de suivre ainsi un champion en coulisses. Nan, lui, a réussi. Sa caméra, sensible, précise, son regard perçant mais jamais intrusif se glisse dans l’intimité de ce sportif de haut niveau. Pendant plusieurs jours, il le suit, de l’entraînement jusqu’au Supercross D’Anaheim en Californie, racontant aussi la vie que Marvin mène à 100 à l’heure avec sa compagne et qui lui permet de transcender les épreuves. Pendant 52 minutes, il fait partager au public les doutes, les appréhensions du jeune champion et sa rage de monter encore une fois, malgré les difficultés, sur la plus haute marche du podium. Un documentaire splendide qui plaira aux fans de motocross comme à ceux qui n’en ont jamais entendu parler. Entrez dans l’arène !

- 52:16 min

Dans leur combat pour l’égalité, la reconnaissance et le respect que mènent de nombreuses femmes à travers le monde, certaines ont choisi de le faire à travers la musique, l’engagement politique, ou l’action militante. Jena, jeune étudiante en marketing a décidé elle de mettre les gants et monter sur un ring. Ou plutôt rentrer dans une cage. Car Jena pratique le MMA (mixed martials arts) ou free-fight, l’une des disciplines les plus violentes du monde de la boxe. Surtout, Jena vit au Liban, un pays dirigé, contrôlé par et pour les hommes. Alors que certaines de ses camarades de classe rêvent d’une vie bien rangée au côté d’un mari riche, elle veut décider de son avenir débarrassé de toutes contraintes. Ce choix, elle l’a fait contre l’avis de ses parents même si sa mère la suit bien malgré elle lors de tous ses combats. Entraîné par un homme, son courage et son talent ont permis à Jena de se faire un joli palmarès au Moyen-Orient. Elle veut maintenant partir à la conquête du monde et notamment en Irlande sur les terres de Conor Mc Gregor, le meilleur boxeur de MMA au monde. « Out of the cage », c’est le portrait d’un petit bout de jeune fille qui veut mettre K.O les préjugés machistes. Vous la suivrez du Liban en Irlande dans la préparation de son combat, sa vie d’étudiante, les rapports souvent compliqués avec sa mère, les interrogations de ses amies. Un documentaire touchant, sensible, au traitement cinématographique où vous apprendrez enfin dans une séquence bouleversante que Jena, l’ancienne miss, a mis les gants après avoir été harcelée sexuellement par un prof de lycée.

- 13:40 min

Sifflements, insultes obscènes, regards insistants, attouchements, viols... le harcèlement sexuel toucherait quotidiennement 80 % des femmes jordaniennes.Dans une société profondément machiste, les victimes se taisent rongées par la peur et la honte. Le sujet est tabou, du coup, pour une femme jordanienne, c'est "tais-toi et marche". Et pour les hommes ? Et bien, pas de souci, c'est l'impunité totale.

- 52 min

C’est une histoire absolument dingue ! Celle d’un clip, d’une reprise, d’une rencontre, d’une résurrection. Ce documentaire retrace l’incroyable destin de Beb, 30 ans après son premier concert. Beb, c’est le chanteur de « Soggy », un groupe de rock français qui a sorti un 45 tours mythique en 1981 : « Waiting for the War ». Devenu jardinier à Reims après la séparation du groupe, Beb est un personnage hors du temps, folklorique et atypique. Il se nourrit au lait de chèvre, fait 700 abdos par jour. Avec son perfecto et sa crinière blanche, cet artiste dans l’âme défie l’air du temps du haut de ses 62 ans. Il y a deux ans, sa vie bascule soudainement : son passé de rockeur le rattrape. Un groupe de metal punk californien, The Shrine, reprend « Waiting for the War ». Et à partir de là, tout s’enchaîne ! Invité par the Shrine quelques mois plus tard, Beb fait son grand retour sur scène le 17 novembre 2015 au Trabendo à Paris. Il finit même par réaliser son rêve le plus fou : jouer aux States aux cotés de The Shrine. C’est cette histoire que raconte ce film inédit, réalisé par Olivier Hennegrave. Olivier, c’est l’ex-batteur de Soggy. Il a décidé de mettre en image l’un des plus incroyables come-back d’un rockeur français. Beb, avec sa gestuelle animale très proche de celle d’Iggy Pop est aujourd’hui porté en triomphe et les chansons de Soggy ont un écho partout dans le monde. Une revanche bien méritée pour ce « Sugar Man » français. Et encore plus fou, Soggy a signé en janvier 2016 un contrat avec le label new-yorkais Outer Battery Records afin de rééditer son premier album pour une distribution mondiale en CD et streaming ainsi qu’une édition collector en vinyle argenté. Le public américain a désormais lui aussi « le Soggy en lui » ! Suivez l’aventure américaine de ce chanteur inclassable

- 53:20 min

«Tomorrow is gonna be ok » « Des voleurs, des violeurs, des criminels », jamais une communauté n’a été à ce point la cible d’attaques violentes et répétées de la part d’un président des États-Unis ! Cette communauté trainée dans la boue, c’est celle des Mexicains, celle pour laquelle Donald Trump a promis de bâtir un mur pour stopper son arrivée sur le territoire américain. Pire, le sémillant Donald a également annoncé qu’il voulait abroger le DACA, une loi voulue par son prédécesseur à la Maison Blanche et qui proposait de naturaliser tous les jeunes immigrés Mexicains et Latinos entrés clandestinement avec leurs parents aux États-Unis dès lors qu’ils pouvaient justifier d’un emploi ou d’un cursus scolaire. Trump voudrait en renvoyer 800 000 au Mexique, ce pays que la plupart d’entre eux ne connaissent qu’à travers les séries TV ! Jerry, 53 ans, a décidé de se battre contre cette fatalité. Il est né à East Los Angeles, le plus grand quartier latino de la Cité des Anges. Il y a 7 ans, cet entrepreneur en bâtiment passé par la case prison pour des faits de violence, a crée avec sa femme Patty, THE GARAGE. Une école de skate ouverte à tous les mômes du quartier d’East L.A et qu’ils ne pourront intégrer qu’à une seule condition : faire leurs devoirs ! Avec son association « Skate for educate », il a mis en place un système de points qui permet à ses gamins en perdition en fonction de leurs résultats scolaires de gagner des planches de skate, des tenues, et même de participer à des compétitions sur la côte ouest ! Le skate est évidemment un prétexte habile et efficace pour donner un cadre, offrir un avenir à ces gosses âgés de 8 à 18 ans abandonnés par leurs parents et convoités par les gangs qui règnent encore dans certains quartiers. Vous allez pour la première fois plonger au cœur de cette communauté mal connue, fermée et pudique à travers les portraits de Cricri le taiseux à qui le skate offre une échappatoire salutaire dans un quotidien bien sombre, Cholo l’ancien dealeur et qui grâce à « The GARAGE » vient d’intégrer l’université, celui de Kevin le seul américain de sa famille et dont la sœur et les parents risquent d’être renvoyés au Mexique, et enfin Charki, le plus doué au skate. À tous, quand ils ont franchi pour la première fois la porte de « THE GARAGE », Jerry a promis « Don’t worry tomorrow is gonna be ok ! » (« ne vous inquiétez pas, demain tout ira bien ». Un documentaire passionnant servi par une caméra élégante et pudique, entre Depardon et Larry Clark, avec au milieu de cette joyeuse bande, Jerry, une sorte de Pierre Rabhi latino qui, animé par une fois inébranlable, démontre chaque jour avec sa femme qu’avec peu, on peut faire de grandes choses. N’en déplaise à Trump !

- 12:20 min

Le moins que l'on puisse dire de Sara Bahaï, c'est qu'elle a du caractère... Cette femme de 40 ans est la première et seule femme taxi en Afghanistan. Une hérésie pour un pays qui force la plupart des femmes à rester recluses chez elles et où l'on voit d'un très mauvais oeil toutes celles qui cherchent à travailler. Sara a décidé de braver tous les interdits de la société afghane et conduit son taxi dans les rues de Mazar-e Charif. Une équipe de Spicee a installé dans son taxi des petites caméras afin de raconter son quotidien et de partager la vie des hommes et des femmes de la quatrième ville du pays. Plus qu'un portrait, "un taxi pour Mazar" raconte l'Afghanistan d'aujourd'hui... Le journaliste s'est inspiré du film iranien "Taxi Téhéran" pour réaliser son reportage. Les caméras embarquées permettent de libérer la parole des passagers et tout simplement de filmer lorsque Sara charge des clientes. Car en Afghanistan, une femme n'est pas censée se retrouver seule avec un homme surtout s'il est étranger. La personnalité de Sara transparait dès la première course. Un homme lui fait remarquer qu'à Mazar-e Charif, nombreux sont ceux qui la critiquent. Selon lui la charia n'autorise pas les femmes à conduire. Réponse cinglante de Sara : "ce sont les imams qui disent ça. Nul part, il n'est dit dans le coran qu'une femme ne peut pas travailler". Circuler y a rien à voir ! Au volant de son taxi jaune, Sara est heureuse et pense que ce qu'elle fait est bon pour les femmes, qu'elle oeuvre pour leur liberté. Son caractère est coulé dans l'acier trempé. A la mort de ses parents tués par les Talibans, c'est elle qui a pris en charge ses 15 frères et soeurs. Il fallait travailler pour les nourrir. Alors Sara a pris le volant. Aujourd'hui grâce à elle, ils travaillent ou étudient à l'université. Sara a sacrifié sa vie pour eux. Elle aurait bien pu se marier. Mais selon elle, cela lui aurait fait perdre sa liberté car aucun mari n'accepterait qu'elle continue à conduire. Dans son taxi, Sara embarque des hommes et des femmes qui racontent la société afghane d'aujourd'hui. L'une d'elles souhaite parler à notre journaliste qui filme dans la voiture suiveuse pour lui dire que selon elle, le pays est plein de criminels et qu'elle connaît même un homme qui tient un bordel. Deux étudiantes confient qu'elles rêvent de devenir journalistes et se désespèrent que leur université ne compte que des hommes... "Un taxi pour Mazar" , c'est une radioscopie expresse, drôle et parfois glaçante d'un des pays les plus conservateurs du monde.

- 17 min

Des concours de plats dans la piscine, du hard rock, des tatouages, des piercing, des cheveux décolorés et des centaines de litres de bière ! On est loin de l’image habituelle des croisières. Et pourtant, chaque année 3000 chevelus piercés et tatoués embarquent pour 5 jours sur un monstre marin de 70 000 tonnes. Cette année, le paquebot s’appelle le « Majesty of the Sea » et accueille la plus grande croisière métale du monde : la 70 000 tons of metal : destination la Jamaïque. Spicee a pris sa guitare Fender et s’est joint à cette bande d’allumés. Un documentaire qui va larsener.  Très connu des fans de hard rock, le paquebot est rebaptisé pour l’occasion, le « Metal Boat ». Au programme, 60 groupes qui enchainent les concerts jours et nuits sur 4 scènes différentes. Des jeunes, des couples et même des retraités… Une vraie famille a écouter les croisiéristes. Nous nous sommes fondus dans la masse en suivant Ken, un canadien, producteur de lait de son état, mais avant tout passionné de Hard rock et qui tourne à 30 bières par jour ! Il nous présente sa compagne Sheila, infirmière et mère d’un petit garçon de 9 ans. Eux se sont carrément mariés sur le bateau lors de la croisière précédente. Il y a aussi Aurore, une Française, ingénieur qui construit des ponts dans la vie de tout les jours. Elle est venue écouter sa musique préférée et trouver du soleil ! Avec cette bande de joyeux drilles, vous n’allez pas vous ennuyer. La croisière métal un sujet de 17 minutes à consommer sans modération.

- 7:27 min

« Je suis une femme musulmane, je porte le niqab et j’ai mis le feu à la salle ! » Gisèle a 42 ans, deux enfants, et c’est une star montante de la scène metal au Brésil. Au pays du bikini, elle n’a aucun complexe à faire du trash metal… en niqab, tout simplement ! Convertie à l’islam en 2009, depuis trois mois, la musicienne ne sort jamais de chez elle sans son voile intégral et pratique une religion à la carte. Le port du niqab est pour elle, un choix personnel, une liberté. Gisèle le dit, elle se sentirait oppressée si on la forçait à s’habiller aussi « légèrement » que la plupart des brésiliennes. Selon la rockeuse, la France oppresse tout autant les femmes que les « tarés d’Afghanistan » en leurs interdisant de porter le niqab dans les lieux publics. Et le plus étonnant, c’est que son niqab ne dérange absolument personne au Brésil, et attirent plutôt les curieux et… les selfies, dans un pays qui ne compte que 3 millions de musulmans sur 200 millions d’habitants. Pour les membres de son groupe de metal, c’est elle la plus rock n’ roll de tous : elle est la seule à se foutre complètement du regard des autres.

- 57 min

Le reportage exclusif que vous propose Spicee est exceptionnel. Un document unique, une immersion d’une semaine au milieu de plusieurs brigades djihadistes syriennes. Personne ne les avait filmées ainsi jusqu'à présent. Ces groupes autonomes, créés par des anciens du Front Al Nosra et de l’Etat Islamique combattent dans le nord-ouest de la Syrie. Ils ont les mêmes visées que l’Etat Islamique : renverser le régime et instaurer un grand califat. C'est une incroyable plongée au cœur d'une guerre ultra violente, menée par des hommes à la détermination glaçante. Un document signé Farouk Atig et Yacine Benrabia

- 1h23

"Il y a deux ans, il m'est arrivé une histoire de dingue. Jamais je n'aurais imaginé une dinguerie pareille. Je me suis en effet retrouvé brusquement paraplégique suite à un accident vasculaire. Les médecins ne savent pas si je pourrai un jour remarcher. Dès le premier jour de mon hospitalisation, je ressens le besoin vital de faire un film pour raconter cette énorme tuile. Très rapidement, je rencontre aussi d'autres patients paraplégiques ou tétraplégiques dans les couloirs de l'hôpital. Faire ce documentaire pour raconter leur histoire et mon combat pour me remettre debout devient une obsession. Pendant, un an je vais donc tenir un journal de bord vidéo sur notre quotidien à l'hôpital. C'est ce journal que l'on découvre dans ce film de 80 minutes où je raconte le handicap à hauteur de fauteuil roulant. On rit, on pleure, on fait la rencontre de Cédric, Brice, Marius et Adrien tous paraplégiques ou tétraplégiques. Ils sont bouleversants et nous font aimer la vie. Tout le temps en train de se marrer, jamais en train de se plaindre malgré leur handicap. De mon côté, ce fut l'épreuve la plus dure de ma vie mais une aventure humaine exceptionnelle". Matthieu Firmin, réalisateur de "Lève-toi et marche" et rédacteur en chef de Spicee

- 59:16 min

Ce film a obtenu le Prix du Jury Jeunes du Festival International du Grand Reportage d'Actualité 2016 Ce sont deux îles perdues dans l’océan pacifique. Deux minuscules îles, parmi les plus pauvres du monde. Leurs noms : Manus et Nauru. Rares sont ceux qui connaissent leur existence. Pourtant, ces îlots cachent une situation que le grand pays voisin, l’Australie, voudrait à tout prix garder secrète. C’est en effet là, que depuis 2001 et surtout 2012, il enferme, littéralement, dans des conditions absolument déplorables, les migrants qui tentent d’atteindre ses côtes.

DISPONIBLE SUR TOUS LES ÉCRANS

Profitez de Spicee sur tous vos écrans, sur ordinateur via notre site web et sur votre smartphone ou tablette grâce à nos applications mobiles.

QUI SOMMES-NOUS ?

Une équipe de producteurs, réalisateurs et journalistes professionnels, partout dans le monde

ILS PARLENT DE NOUS

La promesse de cette nouvelle webtélé : offrir aux téléspectateursdes contenus ambitieux qu’ils trouvent trop peu sur les chaînes traditionnelles.

En voir plus

Spicee ? C’est un pari sur la renaissance d’un vrai journalisme audiovisuel... en dehors de la télé !

En voir plus

Spicee : la touche française au grand reportage sur Internet, (…) un média, plutôt haut de gamme, avec de l’investigation, des portraits, du grand reportage comme à la télé, mais que l’on consomme à la demande, sur sa tablette ou son portable.

En voir plus

Proposer des reportages venus des quatre coins du monde, tel est le défi de Spicee.

En voir plus

Quand le site « Spicee » démonte les théories du complot

En voir plus