PROMO -40% sur l’abonnement annuel J'en profite

Attentats

France
Investigation

C’est l’un des héros anonymes des attentats qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre 2015. A 55 ans, Patrick Knipper est chirurgien-plasticien. Quelques heures après le drame, il a opéré à l’hôpital Saint-Antoine plusieurs personnes grièvement blessées lors de l’attaque du Bataclan. Un médecin qui se rend régulièrement en zones de conflits pour missions humanitaires. Ces dernières années, il a opéré plusieurs fois, en Cisjordanie ou dans le Haut Karabagh (Arménie). A chaque fois dans des conditions extrêmes. Des conditions qu’il a retrouvées pour la première de sa vie ce week-end Paris.

L’hôpital Saint-Antoine a accueilli une vingtaine de blessés du Bataclan. Tous présentent de graves blessures par balles ou dues aux boulons projetés par les ceintures explosives des terroristes. Des blessures de guerre que le médecin a dû traiter à la chaine. Lors de la simple journée de samedi, Patrick Knipper a opéré neuf patients touchés aux bras, aux mains, aux jambes ou au thorax.

Sur certaines radiographies, le chirurgien nous montre la présence de boulons et de ferraille pour mieux comprendre l’ampleur des blessures. Des images impressionnantes qui viennent illustrer un fait selon le médecin : les terroristes voulaient faire le plus de mal possible.

A travers son témoignage, nous comprenons que sans l’organisation « militaire » qui s’applique aux hôpitaux dans le cadre du plan blanc, déclenché dans ces circonstances, le bilan aurait pu être encore plus lourd. Patrick Nipper livre un témoignage poignant où il reconnait avoir été ébranlé par ce qu’il a vu ce jour-là bien qu’habitué à faire face à des situations extrêmes. Une interview réalisée par Charles Villanove et Pierre Tréfoux