PROMO 1er mois offert J'en profite

Yacko

Indonésie
Story

Yacko, c’est l’histoire d’une rappeuse dans le plus grand pays musulman du monde : l’Indonésie. Un petit bout de femme loin des clichés que l’on pourrait facilement avoir dans ce genre de lointaine contrée. Portant des piercings, tatouée, divorcée, non voilée, elle occupe, depuis près de 20 ans, la scène rap underground à Jakarta et bouscule les conventions dans un pays où la femme est reléguée au second plan. Son islam, elle le pratique en privé ce qui ne l’empêche pas d’être devenue un symbole pour toute une génération de jeunes indonésiennes, voilées ou non, qui ont trouvé dans le rap un moyen de se faire entendre.

L’Indonésie compte plus de 240 millions d’habitants et près de 90 % de la population pratique l’islam, ce qui en fait le premier pays musulman au monde.

Un islam modéré, tolérant envers les autres religions et ouvert à la modernité. Depuis une dizaine d’années, l’Indonésie est aussi une démocratie dynamique. Faire du rap n’a donc rien d’iconoclaste. La scène hip-hop est d’ailleurs assez prolifique depuis le début des années 90 avec des artistes comme Iwa K, Boyz Got No Brainand Neo dont beaucoup chantent en Indonésien…

En revanche, qu’une femme fasse du rap est beaucoup plus original car socialement, l’Indonésie reste très classique. Avec ses piercings, ses tatouages et son divorce, Yacko n’entre donc pas vraiment dans les canons de la société indonésienne traditionnelle.

A 38 ans aujourd’hui, Yacko a commencé à rapper à l’âge de 16 ans. C’est l’une des artistes les plus prolifiques de la scène hip-hop avec trois albums au compteur. Dans ses textes, elle dénonce le machisme des Indonésiens. Selon elle, la femme indonésienne est systématiquement reléguée à la « fonction d’épouse obéissante, faible et docile, sans idée et uniquement bonne à élever des enfants ».

Yacko a choisi une vie diamétralement opposée. Le jour, elle est professeur de marketing dans une école de commerce de Jakarta. Le soir, elle s’occupe de sa fille qu’elle élève seule. Le week-end, elle est sur scène ou en studio pour rapper.

Ses chansons et son parcours suscitent l’admiration de ses fans. Pour eux, c’est la rappeuse la plus « fougueuse » du pays et "sa vie devrait être un exemple pour tout le monde".  

En dépit de son look underground et de ses idées progressistes, Yacko est une musulmane pratiquante. Selon elle, l’habit ne fait pas le moine. "Certaines femmes voilées ne se comportent pas pour autant en bonne musulmane… Peut-être que mon style ne correspond pas à l’image que l’on a d’une musulmane… mais jusqu’ici personne ne m’a dit que je vivais dans le péché à cause de mon look. D’ailleurs, seul dieu peut me juger…"