: Le meilleur du documentaire et du reportage en illimité Profitez d'un mois gratuit

Un taxi pour Mazar

Le moins que l'on puisse dire de Sara Bahaï, c'est qu'elle a du caractère... Cette femme de 40 ans est la première et seule femme taxi en Afghanistan. Une hérésie pour un pays qui force la plupart des femmes à rester recluses chez elles et où l'on voit d'un très mauvais oeil toutes celles qui cherchent à travailler. Sara a décidé de braver tous les interdits de la société afghane et conduit son taxi dans les rues de Mazar-e Charif. Une équipe de Spicee a installé dans son taxi des petites caméras afin de raconter son quotidien et de partager la vie des hommes et des femmes de la quatrième ville du pays. Plus qu'un portrait, "un taxi pour Mazar" raconte l'Afghanistan d'aujourd'hui...

Le journaliste s'est inspiré du film iranien "Taxi Téhéran" pour réaliser son reportage. Les caméras embarquées permettent de libérer la parole des passagers et tout simplement de filmer lorsque Sara charge des clientes. Car en Afghanistan, une femme n'est pas censée se retrouver seule avec un homme surtout s'il est étranger.

La personnalité de Sara transparait dès la première course. Un homme lui fait remarquer qu'à Mazar-e Charif, nombreux sont ceux qui la critiquent. Selon lui la charia n'autorise pas les femmes à conduire. Réponse cinglante de Sara : "ce sont les imams qui disent ça. Nul part, il n'est dit dans le coran qu'une femme ne peut pas travailler". Circuler y a rien à voir !

Au volant de son taxi jaune, Sara est heureuse et pense que ce qu'elle fait est bon pour les femmes, qu'elle oeuvre pour leur liberté.
Son caractère est coulé dans l'acier trempé. A la mort de ses parents tués par les Talibans, c'est elle qui a pris en charge ses 15 frères et soeurs. Il fallait travailler pour les nourrir. Alors Sara a pris le volant. Aujourd'hui grâce à elle, ils travaillent ou étudient à l'université. Sara a sacrifié sa vie pour eux. Elle aurait bien pu se marier. Mais selon elle, cela lui aurait fait perdre sa liberté car aucun mari n'accepterait qu'elle continue à conduire.

Dans son taxi, Sara embarque des hommes et des femmes qui racontent la société afghane d'aujourd'hui. L'une d'elles souhaite parler à notre journaliste qui filme dans la voiture suiveuse pour lui dire que selon elle, le pays est plein de criminels et qu'elle connaît même un homme qui tient un bordel. Deux étudiantes confient qu'elles rêvent de devenir journalistes et se désespèrent que leur université ne compte que des hommes...
"Un taxi pour Mazar" , c'est une radioscopie expresse, drôle et parfois glaçante d'un des pays les plus conservateurs du monde.