: Le meilleur du documentaire et du reportage en illimité Profitez d'un mois gratuit

La rappeuse qui défie les mollahs

Evaluer :
Troisième étape de notre balade underground à Téhéran : le rap. Depuis la révolution de 1979, toute la production culturelle iranienne est contrôlée par le régime islamique. La musique occidentale et encore plus le rap y sont interdits. Côté musique contemporaine autorisée, le choix est maigre. La plus répandue, la Khaltoor music : c’est à dire de la musique de... merde. Mais des chanteurs ont décidé de résister. Pour les rencontrer, il faut aller dans des studios clandestins. On y fait de la musique électro, on y chante du rap ou du hip-hop. C’est dans l’un de ces studios que Spicee a rencontré Justina. À 25 ans, cela fait 10 ans qu’elle fait du rap. Elle a déjà enregistré 25 titres distribués sur des plateformes pirates hébergées aux… États-Unis. Elle n'hésite pas à témoigner à visage découvert et se bat pour les droits des femmes. Rencontre avec cette jeune femme courageuse, créative et pleine d’ambition.