C’est l’été sur Spicee ! 1€ pour 2 mois d’abonnement ! J'en profite

L'écolo qui défie la mafia de Mexico

Evaluer :

Xochimilco est un lieu unique au monde. Ce quartier de Mexico possède 7500 hectares de canaux et d’îlots artificiels. C’est un sanctuaire, à la fois écologique, historique et agricole. En 1987, Xochimilco a été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Chaque année, 1,2 million de touristes visitent l’immense zone lacustre, située à l’intérieur même de la mégalopole mexicaine. Mais, aujourd’hui, cette merveille de la nature est attaquée par l’urbanisation sauvage… Depuis qu’elle dénonce ce désastre écologique, Claudia Erika Zenteno est menacée de mort. En défendant Xochimilco, cette mère de famille ne s’imaginait pas s’attaquer à un puissant réseau politico-mafieux…

Cette quinquagénaire, ancienne consultante en audit d’entreprise, habite au bord de la zone lacustre depuis 1995. Lorsque sa famille s’installe dans le quartier, la vue depuis leur maison est magnifique. La plénitude du marais, des pélicans, toutes sortes d’oiseaux sauvages, à l’horizon les montagnes qui cernent la ville de Mexico… Un havre de paix. Mais aujourd’hui depuis la fenêtre de sa maison, Claudia contemple… un bidonville.

A partir de 1997, ses voisins, la famille Rodriguez Pentoja, membre de la pègre locale, commencent à vendre et à construire illégalement des maisons sur des parcelles de la zone protégée. Au fil des ans, cette dernière se réduit doucement mais sûrement, grignotée à petit feu par l’urbanisation sauvage. Aujourd’hui des milliers de familles y sont installées dans des baraques en bois ou en taule. Ils déversent dans le marais leurs eaux usées et jettent leurs ordures directement dans les canaux.. Un désastre écologique.

Claudia Zenteno a porté plainte pour délit environnemental contre la famille Pentoja et fait condamner quatre membres de la fratrie à des peines de prison. L’une des soeurs Pentoja a notamment écopé d’une condamnation à sept ans d’emprisonnement. Depuis 2002, Claudia et sa famille subissent les violentes représailles de ses voisins. Les intimidations et les menaces sont quotidiennes… Ils ont agressé au couteau l’une de ses filles et ont même enlevé son fils qui a subi des tortures physiques et psychologiques pendant neuf jours. Depuis Claudia est protégée en permanence par deux gardes du corps et elle a fait construire dans sa maison une pièce sécurisée où se réfugier au cas où.

Les biologistes et les environnementalistes s’inquiètent des répercussions de l’urbanisation sauvage sur ce temple de la biodiversité qu’est Xochimilco. Le site enregistre plus de 200 espèces d’oiseaux dont au moins 90 migratoires qui viennent se nicher dans les jongs et les roseaux sauvages. Les animaux y sont également nombreux. Endémique de la vallée de Mexico, l’Ajolote est l’animal le plus emblématique de Xochimilco. En moins d’un siècle, ce petit amphibien a presque disparu…

Autre conséquence de cette urbanisation sauvage la disparition progressive des chinampas. Ces parcelles horticoles sont l’un des derniers vestiges vivants de la cité de l’empire aztèque, Mexico-Technochtitlan, conquise en 1521 par les colons espagnols. La chinampa est un assemblage de roseaux et de tiges de jonc qui forme un tapis végétal. On y dépose de la boue qui provient du marais pour en faire un terrain cultivable. Une technique agricole ancestrale qui permet de faire plusieurs récoltes par an de brocolis, de salades ou d’épinards… Aujourd’hui, les cultivateurs de chinampas redoutent que d’ici 30 ans leurs parcelles aient disparu…

Claudia Zenteno consacre sa vie à la préservation de Xochimilco. Sa famille paie le prix fort de cet engagement. Claudia en a conscience et se sent coupable vis- à-vis de ses proches mais elle est persuadée que si personne ne s’occupe de ce problème c’est la survie des habitants de la région qui est menacée.