: Le meilleur du documentaire et du reportage en illimité Profitez d'un mois gratuit

Turquie : la grande purge des médias

Evaluer :

En Turquie, nouveau coup de canif dans la démocratie. Depuis quelques mois, le président Erdogan a déclaré la guerre aux médias qui osent remettre en cause son action politique. En trois mois, 49 journalistes ont été interpellés et 21 ont été victimes d’agressions. Avec les élections législatives, la situation a empiré. Les actes de censure se multiplient et certains journaux ont été repris en main par le gouvernement. Nos reporters, Chris Huby et Guillaume Perrier sont allés à la rencontre des journalistes devenus les ennemis d’un président omnipotent. 

L’une des victimes de cette dérive autoritaire s’appelle Bugün. Ce quotidien, tiré à 110 000 exemplaires, est proche du mouvement Gülen, un courant de pensée progressiste inspiré par Fethullah Gülen, l’une des personnalités musulmanes turques les plus influentes au monde. Le quotidien Bügun est l’un des principaux journaux d’opposition, très critique vis à vis du gouvernement. Erdogan en a si peur qu’il a décidé d’y faire le ménage. Notre caméra suit en direct l’éviction de son directeur de la rédaction, Erhan Basyurt. Le pouvoir parle, lui, de démission. A vous de juger. Car cette démission est obtenue après qu’Erhan Basyurt ait été conduit dans les locaux du journal encadré par deux policiers à la solde d'Erdogan. 

Et ce n’est pas tout. Nos journalistes ont récupéré une vidéo stupéfiante. On y voit l’administrateur nommé par la justice et chargé de reprendre en main le journal… Au milieu de la salle de rédaction, il se livre à un véritable numéro d’intimidation en direction des journalistes récalcitrants face à la ligne éditoriale dictée par le président Erdogan. Après sa petite visite, 17 personnes seront licenciées. 

Un événement qui devient tristement banal en Turquie. Le quotidien Millet, le site internet Bianet, la télévision Kanalturc, ont été mis sous contrôle du gouvernement. L’ambition du président turc : en faire des médias officiels à sa propre gloire. Lors des élections législatives du 1er novembre 2015, Erdogan a triomphé avec 49% des suffrages. Et le président a prévenu les médias : « rien ne sera plus comme avant ».